Dans Indiana Jones et le cadran du destin, la nostalgie fait une nouvelle victime

Dans Indiana Jones et le cadran du destin, la nostalgie fait une nouvelle victime

Cette revue de Indiana Jones et le cadran du destin a été publié pour la première fois en même temps que la première du film au Festival de Cannes. Il a été mis à jour pour la sortie en salles du film.

Comme Luke Skywalker ou Citoyen Kanede Charles Foster Kane, Indiana Jones est l’un de ces personnages qui se sent presque synonyme de film lui-même. La série de films de Steven Spielberg suivant un professeur d’archéologie au clair de lune en tant que héros de cape et d’épée est si cinématographique par excellence que regarder Indiana Jones s’éloigner d’un rocher roulant géant dans Les aventuriers de l’arche perdue est un rite de passage de l’enfance.

On ne peut pas en dire autant des notoires Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, la suite de 2008 qui a détruit la franchise. (Et le frigo.) Il n’est donc pas surprenant que le nouveau Indiana Jones et le cadran du destin est une tentative de correction de cap. Le réalisateur James Mangold a pris les rênes de la franchise de Spielberg pour une aventure de retour aux sources à travers les continents dans une course contre les nazis.

En 1969, Indiana Jones (Harrison Ford) a depuis longtemps dépassé ses jours de chasse au trésor. Tout comme le personnage médiatique de Ford, Indy est hargneux et endurci, le vieux voisin grincheux que vous évitez. Il devient rapidement évident qu’il est amer, peut-être même déprimé, à cause des papiers de divorce posés sur son comptoir, envoyés par l’amoureuse de longue date Marion (Karen Allen). Le jour où il prend sa retraite de son poste d’enseignant universitaire, il est approché par Helena Shaw (Phoebe Waller-Bridge), sa filleule et l’enfant de son ami Basil (Toby Jones) du bon vieux temps de la Seconde Guerre mondiale. Elle est à la recherche de l’Anticythère, l’artefact perdu depuis longtemps d’Archimède qui a rendu son père un peu délirant, et dont on dit qu’il guide son utilisateur vers des “fissures dans le temps”. Autrement dit, la capacité de voyager dans le temps.

Photo : Jonathan Olley/Lucasfilm

Également à la recherche de l’Anticythère, un groupe de nazis restants – dirigé par le scientifique Jürgen Voller, joué par un emo-coupe de cheveux Mads Mikkelsen – qui a besoin de l’appareil à des fins nazies néfastes pour réécrire la guerre. Indy doit dépoussiérer son célèbre chapeau, peut-être pour la dernière fois.

Cadran du destin est rempli de séquences d’action entraînantes, d’une bagarre au sommet d’un train en mouvement à une course effrénée à cheval dans les tunnels du métro de New York. Une poursuite en tuk-tuk dans les ruelles sinueuses de Tanger est tout aussi passionnante, d’autant plus qu’Helena et Indiana sautent et se battent de véhicule en véhicule. Mais à mesure que les séquences deviennent plus explosives et que l’échelle s’amplifie, des effets visuels irréels prennent le dessus. Le combat aérien culminant est une boue numérique, et il n’offre rien de visuellement attrayant.

Mangold est un très bon réalisateur capable de diriger de solides films qui plaisent à la foule (Ford contre Ferrari, Marcher sur la ligne) et même insuffler une nouvelle vie à la franchise X-Men mourante avec Logan. Mais Indiana Jones et le cadran du destin semble anonyme. Son style visuel est terne d’une manière qui vide le film de toute personnalité. Quand Indiana Jones se fraye un chemin à travers des grottes piégées à la lueur des torches dans Les aventuriers de l’arche perdue, le contraste entre le monde extérieur et ce tombeau effrayant évoque un émerveillement singulier. Mais pratiquement toutes les scènes dans l’obscurité ici sont peu éclairées et difficiles à voir. Et comme beaucoup de superproductions modernes, Cadran du destin s’appuie sur des coupes rapides qui accélèrent le rythme des bagarres de l’Indiana avec les nazis, mais la chorégraphie est à peine perceptible.

Indiana Jones (Harrison Ford) lève les yeux vers un ciel gris couvert tandis qu'un adolescent souriant (Ethann Isidore) essaie de lui parler alors qu'il se prépare pour un tour dans son camion dans Indiana Jones et le cadran du destin

Image: Lucasfilm

A en juger par la façon dont Harrison Ford a jailli à la première cannoise quand on parle d’Indiana Jones, c’est l’un des personnages qu’il chérit le plus, et il donne tout ce qu’il a dans la supposée sortie finale du personnage. Indiana Jones navigue dans les décors à indice d’octane élevé avec la maladresse naturellement lente d’un homme plus âgé, tout en gardant un coup de poing méchant. (À un moment donné, il se plaint de ses «vertèbres en ruine».) Mais Ford livre également du pathétique dans les scènes plus calmes du film, où son attitude stoïque chute pendant les tendres moments de réflexion.

Comme Spider-Man : Pas de retour à la maison réunissant les anciens Spider-Men pour un poids nostalgique, il s’agit d’une autre suite héritée qui sacrifie l’histoire au profit de camées fréquents, essorant la bonne volonté de la franchise pour tout ce qu’elle vaut. Mangold (qui a co-écrit le scénario avec Jez Butterworth, John-Henry Butterworth et David Koepp) saupoudre maladroitement de références hochant la tête aux aventures passées d’Indy : ressemblent à des serpents, et l’inutilité de son fouet contre les coups de feu rappelle ce combattre de Les aventuriers de l’arche perdue.

Et juste au moment où il semble que Mangold pourrait s’engager dans un geste audacieux à la fin de l’histoire, le film pivote pour un adieu sucré qui vise à nouveau le service et la reconnaissance des fans, emportant toute l’agence d’Indiana Jones pour le bien de un dernier caméo. Cette décision reflète ce que les suites héritées représentent en grande partie: elle conclut une histoire non pas d’une manière qui rend justice à ses personnages, mais d’une manière qui apaise le public le plus large qui cherche à se remémorer quelque chose qu’il a aimé dans le passé.

Pour un film qui tente de corriger le cap sur la fin pessimiste qui Crâne de cristal laissé pour compte en tant que capsuleur de la série précédente, Cadran du destin est étonnamment fade. C’est un fac-similé décevant du bien meilleur Indiana Jones films qui l’ont précédé. Tout est assemblé avec compétence, avec suffisamment de séquences divertissantes pour captiver un public pendant sa longue durée de deux heures et demie. Mais il joue le jeu de manière si sûre qu’il y a peu de moments mémorables. En fin de compte, le film n’est qu’un rappel douloureux de la qualité que nous avions l’habitude de l’avoir.

Indiana Jones et le cadran du destin est dans les salles maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*