La Russie bloque l’accès à Google News après que les forces du groupe Wagner ont menacé de renverser l’armée

La Russie bloque l’accès à Google News après que les forces du groupe Wagner ont menacé de renverser l’armée

Les fournisseurs d’accès Internet russes ont coupé l’accès à Google News après que le président Vladamir Poutine a accusé Yevgeny Prigozhin, chef du groupe paramilitaire Wagner, d’avoir “organisé une rébellion armée”. Selon le moniteur Internet (à travers de ), au moins cinq sociétés de télécommunications russes, dont Rostelecom, U-LAN et Telplusl, empêchent les internautes du pays d’accéder à l’agrégateur d’actualités. Google n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaire d’Engadget.

Vendredi soir, des mercenaires du groupe Wagner ont traversé la frontière ukrainienne vers Rostov-on-Don, située à 20 miles de la mer d’Azov, et ont semblé prendre la ville, qui abrite le quartier général militaire du sud de la Russie, sans beaucoup de résistance de la part de les habitués. armée. Dès samedi, rapporte que les forces de Wagner se dirigent vers le nord en direction de Moscou. Prigozhin a juré de renverser le ministère russe de la Défense en réponse à une attaque au missile qu’il dit que l’armée régulière a menée contre l’état-major de Wagner stationné en Ukraine. En plus d’être le fondateur du groupe Wagner, Prigozhin est le fondateur et le créateur de l’Agence de recherche Internet, la ferme à trolls derrière la Russie.

Poutine, qualifiant la rébellion de Prigozhin de “menace mortelle” pour l’État russe, a promis de dures conséquences pour quiconque rejoindrait le groupe paramilitaire. “Tous ceux qui se sont délibérément engagés sur la voie de la trahison, qui ont préparé une rébellion armée, ont choisi la voie du chantage et des méthodes terroristes, subiront un châtiment inévitable”, a-t-il déclaré samedi, selon le poste de washington.

Suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie l’année dernière, de nombreuses entreprises technologiques occidentales se sont retirées du pays ou ont vu leurs services bloqués par le régulateur des télécommunications Roskomnadzor. et font partie des plateformes partiellement ou totalement bloquées dans le pays depuis mars de l’année dernière.

Tous les produits recommandés par Engadget sont sélectionnés par notre équipe éditoriale, indépendante de notre société mère. Certaines de nos histoires incluent des liens d’affiliation. Si vous achetez quelque chose via l’un de ces liens, nous pouvons gagner une commission d’affiliation. Tous les prix sont corrects au moment de la publication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*