Le Canada “continue de surveiller” l’accord d’Activision, affirme que les documents déposés par Microsoft contiennent des “inexactitudes factuelles”

Le Canada “continue de surveiller” l’accord d’Activision, affirme que les documents déposés par Microsoft contiennent des “inexactitudes factuelles”

MISE À JOUR 30/06/23 : Microsoft a répondu à la déclaration du Canada publiée hier soir par son Bureau de la concurrence, publiée alors que les poursuites judiciaires intentées par la Federal Trade Commission des États-Unis venaient de se terminer.

En bref, Microsoft a noté que la fenêtre du Canada pour répondre de manière significative à l’accord était maintenant passée. Globalement, seuls les États-Unis et le Royaume-Uni s’y opposent.

“Nous avons reçu un avis du Bureau de la concurrence du Canada indiquant qu’il continuerait de surveiller notre acquisition d’Activision Blizzard après l’expiration de la période d’attente formelle empêchant la conclusion de l’accord”, a déclaré un porte-parole de Microsoft. “Nous continuons à travailler avec les régulateurs du monde entier pour répondre à toutes les préoccupations restantes.”

La grande bataille judiciaire de cette semaine entre la FTC et Microsoft devrait décider du sort de l’acquisition d’Activision Blizzard de 68,7 milliards de dollars par ce dernier – qui traîne depuis plus d’un an maintenant. La défaite le verra écrasé sur le plus grand marché de Microsoft et sur son propre terrain. La victoire verra l’accord conclu partout sauf au Royaume-Uni – laissant Microsoft avec diverses options pour continuer.

Une décision sur le procès FTC vs Microsoft est attendue dès la semaine prochaine.


HISTOIRE ORIGINALE 29/06/23 :Alors que Microsoft se dispute avec la Federal Trade Commission aux États-Unis au sujet de son projet d’acquisition d’Activision Blizzard pour 69 milliards de dollars, le Canada a décidé de réfuter les affirmations du fabricant de la Xbox selon lesquelles, la FTC exclue, “tous sauf un” régulateur dans le monde sont d’accord avec son accord – notant que le Canada « surveille toujours la transaction ».

Comme l’a rapporté The Verge, le Bureau de la concurrence du Canada a écrit au juge Corley, qui préside actuellement l’affaire Activision Blizzard de la FTC aux États-Unis, pour corriger certaines “inexactitudes factuelles” dans les documents judiciaires de Microsoft.

Microsoft avait déclaré au tribunal que “chaque régulateur mondial qui a examiné l’accord autre que la FTC a rejeté” la théorie selon laquelle il supprimerait Call of Duty de PlayStation si l’acquisition se concrétise, et que tous les régulateurs ont convenu que “retenir COD à Sony serait n’est pas rentable et n’est donc pas une préoccupation sérieuse.” Il a également affirmé que “tous les régulateurs étrangers sauf un” (à savoir le CMA du Royaume-Uni) avaient autorisé la transaction.

Newscast : les principaux titres de la semaine de la FTC contre Microsoft.

Le Bureau de la concurrence du Canada n’est pas d’accord avec ces trois points, cependant, écrivant au juge Corley pour souligner qu’il avait “communiqué à l’avocat canadien de Microsoft et d’Activision que le Bureau a conclu que la fusion proposée entraînera probablement un empêchement et/ou une diminution importants de la concurrence en ce qui concerne les consoles de jeu et les services d’abonnement multijeux (ainsi que le cloud gaming)”. Il a noté qu’il avait également déclaré à Microsoft que “le Bureau continue de surveiller la transaction”.

Alors que de nombreux régulateurs du monde entier ont approuvé l’accord proposé par Microsoft – y compris l’Europe – des valeurs aberrantes subsistent. Parallèlement au dernier avertissement du Bureau de la concurrence du Canada, il a toujours des inquiétudes quant à l’acquisition, la Federal Trade Commission des États-Unis combat actuellement Microsoft devant les tribunaux pour obtenir une injonction pour bloquer l’accord avant ses propres délibérations internes.

Au Royaume-Uni, l’Autorité de la concurrence et des marchés a bloqué l’acquisition en invoquant des inquiétudes concernant le secteur des jeux en nuage. Microsoft devrait faire appel de cette décision en juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*