Le PDG de SIE admet Xbox, l’accord d’Activision ne concerne pas les exclusivités

Le PDG de SIE admet Xbox, l’accord d’Activision ne concerne pas les exclusivités

PDG de Sony Interactive Entertainment Jim Ryan a fait toute une histoire à propos de l’accord de Microsoft pour essayer d’acheter Activision. Cependant, ses e-mails privés montrent qu’il n’est peut-être pas aussi inquiet que ses déclarations publiques l’ont laissé entendre.

Les e-mails privés de Jim Ryan diffèrent légèrement de ses autres déclarations

Cela a été révélé dans un e-mail non scellé révélé lors de l’audience de la Federal Trade Commission concernant l’accord proposé par Microsoft pour acheter Activision. L’e-mail entre Ryan et un ancien PDG de Sony parle d’exclusivité et comment il pense que Call of Duty restera sur PlayStation.

“Ce n’est pas du tout un jeu d’exclusivité”, a déclaré l’e-mail. «Ils voient plus grand que cela et ils ont l’argent pour faire des mouvements comme celui-ci. J’ai passé pas mal de temps avec [Xbox CEO Phil] Spencer [and Activision CEO] Policier [Kotick] et je suis sûr que nous continuerons à voir Call of Duty sur PlayStation dans les années à venir. Nous avons de bonnes choses à cuisiner. Je ne suis pas complaisant, je préférerais que cela ne se produise pas, mais nous irons bien, nous serons plus que bien.

Ceci est différent des autres déclarations de Ryan, car il aurait déclaré précédemment lors d’une audience qu’il ne “voulait pas un nouvel accord Call of Duty” et qu’il voulait seulement bloquer la fusion. Et bien qu’il ait dit dans cet e-mail susmentionné qu’il était “à peu près sûr” que Call of Duty resterait sur PlayStation, il a déclaré dans le passé que “[its] les affaires ne se rétabliraient jamais »si Call of Duty était déclassé sur PlayStation (quelque chose que Sony a élevé avant) parce que les joueurs “déserteraient [the PlayStation] plate-forme en masse.

Microsoft a proposé de continuer à mettre Call of Duty sur PlayStation plusieurs fois. Ryan a qualifié l’une de ces offres précédentes de Call of Duty “inadéquate à plusieurs niveaux”, même si elle a promis de conserver la série sur PlayStation pendant “plusieurs années”. Microsoft a alors proposé une durée de 10 ans plus longue, ce que Sony a refusé. Nintendo, cependant, a accepté cet accord. Kotick a également accusé Sony d’avoir “tenté de saboter” l’acquisition et a déclaré que Ryan avait cessé de communiquer avec Activision et Microsoft.

Le directeur général des affaires publiques de Microsoft, David Cuddy, a répondu à The Verge, soulignant que Sony savait que Microsoft tiendrait parole et conserverait certains de ses jeux sur PlayStation.

“La journée d’aujourd’hui a montré que Sony savait depuis le début que nous tiendrons notre promesse de garder les jeux sur sa plate-forme et a clairement indiqué que son travail de lobbying contre l’accord ne visait qu’à protéger sa position dominante sur le marché”, a déclaré Cuddy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*