Les actionnaires d’Activision Blizzard rejettent la proposition de politique syndicale

Les actionnaires d’Activision Blizzard rejettent la proposition de politique syndicale

Lors d’un vote à la majorité écrasante, ActivisionBlizzardLes actionnaires de ont rejeté une proposition de politique syndicale qui aurait assuré l’engagement de l’entreprise à ne pas interférer avec les efforts de syndicalisation des employés. La société, qui héberge certains des plus grands jeux vidéo au monde, des MMORPG comme World of Warcraft aux titres FPS emblématiques tels que Call of Duty, a jugé la politique proposée «non nécessaire».

L’AFL-CIO Equity Index Fund, affilié au groupe syndical Communication Workers of America, a initialement soumis la proposition. La branche investissement a organisé des agents d’assurance qualité dans les studios Albany et Raven Software d’Activision Blizzard. Si elle avait abouti, la proposition non contraignante aurait poussé Activision Blizzard à “adopter et divulguer publiquement une politique sur son engagement à respecter les droits humains internationaux de liberté d’association et de négociation collective”.

La proposition demanderait également à l’entreprise d’adopter un processus permettant d’identifier toute violation de la politique et de sanctionner rapidement une telle violation. L’Equity Index Fund visait à ce que la proposition s’applique aux opérations mondiales de Blizzard Activision, empêchant la direction d’entraver les droits des travailleurs à se syndiquer ou de faire pression sur les travailleurs pour qu’ils n’exercent pas ces droits.

Activision Blizzard aurait conseillé à ses actionnaires de ne pas voter en faveur de la proposition, déclarant que ce n’était pas nécessaire car l’entreprise “soutient fermement la liberté d’association des employés et a un historique démontré de négociation collective de bonne foi”. L’éditeur a poursuivi en disant que la politique ne ferait que “saper fondamentalement” ses “droits à la liberté d’expression”.

Au final, 65% des suffrages exprimés étaient contre la proposition alors que seulement 35% étaient en faveur de la politique. Selon GamesIndustry.biz, les Communication Workers of America “ont déposé plusieurs plaintes auprès du National Labor Relations Board accusant l’entreprise de représailles contre les employés qui tentent de se syndiquer, menaçant le personnel pour avoir discuté des salaires et des conditions de travail, et d’autres violations des droits des employés”.

Il est important de noter, cependant, que certaines des plaintes ont fini par être retirées par les travailleurs de la communication, le syndicat expliquant ses retraits en déclarant qu’Activision Blizzard avait “accepté d’afficher un avis à l’échelle de l’entreprise informant les travailleurs de leurs droits” tout en accepter d’annuler toute mesure disciplinaire contre un employé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*