Les projets de loi de la Chambre et du Sénat visent à protéger les données des journalistes de la surveillance gouvernementale

Les projets de loi de la Chambre et du Sénat visent à protéger les données des journalistes de la surveillance gouvernementale

Les collecteurs de nouvelles aux États-Unis pourraient bientôt disposer de garanties contre les tentatives du gouvernement de passer au peigne fin leurs données. Des groupes bipartites de la Chambre et du Sénat ont réintroduit une législation, la PRESS Act (Protect Reporters from Exploitive State Spying), qui limite la capacité du gouvernement à obliger la divulgation de données susceptibles d’identifier les sources des journalistes. Le projet de loi du Sénat étendrait les exemptions et les normes de divulgation pour couvrir les e-mails, les enregistrements téléphoniques et d’autres informations détenues par des tiers.

La loi sur la presse exigerait également que le gouvernement fédéral donne aux journalistes la possibilité de répondre aux demandes de données. Les tribunaux pourraient toujours exiger la divulgation si cela est nécessaire pour prévenir le terrorisme, identifier des terroristes ou prévenir de graves violences « imminentes ». Le projet de loi du Sénat est l’œuvre de Richard Durbin, Mike Lee et Ron Wyden, tandis que l’équivalent de la Chambre vient des représentants Kevin Kiley et Jamie Raskin.

Les sponsors qualifient le projet de loi d’essentiel pour protéger les libertés de la presse du premier amendement. Les fuites de sources anonymes aident à tenir le gouvernement responsable, dit Wyden. Il ajoute qu’une telle surveillance peut dissuader les journalistes et les sources qui s’inquiètent des représailles. Lee, quant à lui, affirme que la loi maintiendra également le “droit d’accès à l’information” du public et l’aidera à participer à une démocratie représentative.

Les sénateurs signalent des cas d’administrations démocrates et républicaines où les forces de l’ordre ont assigné des données à comparaître dans le but d’attraper des sources. Plus particulièrement, le ministère de la Justice sous Trump est connu pour avoir saisi les enregistrements d’appels et les journaux de courrier électronique des principaux médias comme CNN et Le New York Times à la suite d’un rapport d’avril 2017 sur la façon dont l’ancien directeur du FBI, James Comey, a mené les enquêtes lors de l’élection présidentielle de 2016.

Des lois sur le bouclier des journalistes existent dans 48 États et dans le district de Columbia, mais il n’y a pas de loi fédérale. Ce vide permet au ministère de la Justice et à d’autres organismes gouvernementaux de récupérer discrètement des données auprès des télécoms et d’autres fournisseurs. La loi sur la presse colmate théoriquement ce trou et minimise les risques d’abus.

Il n’y a aucune garantie que la loi sur la presse atteindra le bureau du président Biden et deviendra loi. Cependant, les deux camps du Congrès parient que le soutien bipartite aidera. La version de la Chambre a été adoptée “à l’unanimité” lors de la précédente session du Congrès, selon le bureau de Wyden.

Tous les produits recommandés par Engadget sont sélectionnés par notre équipe éditoriale, indépendante de notre maison mère. Certaines de nos histoires incluent des liens d’affiliation. Si vous achetez quelque chose via l’un de ces liens, nous pouvons gagner une commission d’affiliation. Tous les prix sont corrects au moment de la publication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*