Meta tire le contenu des nouvelles de Facebook et Instagram canadiens

Meta tire le contenu des nouvelles de Facebook et Instagram canadiens

Au début du mois, la société mère de Facebook, Meta, a annoncé via un article de blog son intention de supprimer la disponibilité de tout le contenu d’actualité de FB et d’Instagram au Canada, si le gouvernement adoptait son projet de loi sur les informations en ligne. Jeudi, le Parlement canadien a fait exactement cela et, en quelques heures, Meta a confirmé qu’il mettrait sa menace à exécution.

“Aujourd’hui, nous confirmons que la disponibilité des nouvelles sera terminée sur Facebook et Instagram pour tous les utilisateurs au Canada avant l’entrée en vigueur de la Loi sur les nouvelles en ligne (projet de loi C-18)”, a déclaré la société. “Nous avons partagé à plusieurs reprises que, pour se conformer au projet de loi C-18, adopté aujourd’hui au Parlement, le contenu des organes de presse, y compris les éditeurs de nouvelles et les diffuseurs, ne sera plus disponible pour les personnes accédant à nos plateformes au Canada.”

La Loi sur les nouvelles en ligne est conçue pour faire face à la chute vertigineuse des revenus publicitaires que les médias canadiens ont connue au cours des deux dernières décennies. Pour ce faire, il oblige les grandes entreprises technologiques comme Google et Meta à négocier des plans de remboursement avec ces points de vente pour diffuser lesdites histoires sur leurs plateformes respectives.

Plus tôt en juin, Meta a annoncé qu’il travaillait au développement d’une solution logicielle à son problème C-18. Jeudi, ces efforts se poursuivent “et affectent actuellement un petit pourcentage d’utilisateurs au Canada”. Outre la perte de la fonctionnalité d’actualités, Meta assure à ses utilisateurs qu’aucun autre aspect de l’expérience Facebook ne sera affecté.

Ce n’est pas la première fois que Meta ramasse ses jouets et rentre chez lui en réponse à une tentative de surveillance gouvernementale. En 2021, la société a supprimé ses fonctionnalités d’actualité du marché australien après que le pays a adopté une législation similaire en matière d’indemnisation, allant même jusqu’à empêcher les éditeurs de créer un lien vers leurs publications sur la plate-forme de médias sociaux. Cette décision a eu un impact négatif sur les pages de plusieurs agences gouvernementales australiennes ainsi que de nombreuses organisations à but non lucratif de la région avant d’être annulée.

“Cette législation crée un précédent où le gouvernement décide qui conclut ces accords de contenu d’actualités et, en fin de compte, combien la partie qui reçoit déjà la valeur du service gratuit est payée”, a écrit William Easton, directeur général de Facebook pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande. dans un article de blog à l’époque. “Nous allons désormais donner la priorité aux investissements dans d’autres pays, dans le cadre de nos plans d’investissement dans de nouveaux programmes et expériences d’information sur les licences.”

Google, qui serait également affecté par la mise en œuvre du projet de loi, n’a pas encore annoncé son intention de couper officiellement le service dans le pays. Il a commencé à tester un moyen de bloquer l’accès aux nouvelles au Canada en février.

Tous les produits recommandés par Engadget sont sélectionnés par notre équipe éditoriale, indépendante de notre maison mère. Certaines de nos histoires incluent des liens d’affiliation. Si vous achetez quelque chose via l’un de ces liens, nous pouvons gagner une commission d’affiliation. Tous les prix sont corrects au moment de la publication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*