Revue de la saison 2 de The Bear : Enfin de la bonne nourriture

Revue de la saison 2 de The Bear : Enfin de la bonne nourriture

Depuis sa première sur Hulu en tant que hit surprise de l’été dernier, FX’s L’ours a souvent été considérée comme une télévision stressante – généralement de manière complémentaire. La comédie dramatique, sur les luttes d’une sandwicherie de Chicago pour rester à flot au milieu de diverses crises personnelles et professionnelles, est certainement l’une des séries les plus rythmées en streaming en ce moment, pleine de gens criant et d’alarmes bipant et un accident catastrophique toujours secondes loin. Mais appelant L’ours stressant fait un mauvais travail pour décrire pourquoi il était si magnétique, ou pourquoi n’importe qui flamberait à travers sa première saison de 10 épisodes en un rien de temps. Un meilleur mot serait vivant. L’ours a un pouls d’une manière que peu d’émissions de télévision à l’antenne font en ce moment, et le regarder, c’est entendre ce pouls battre dans votre oreille.

Maintenant dans sa deuxième saison – diffusée en une seule fois sur Hulu, comme la première – L’ours continue de suivre le personnel de The Original Beef alors qu’ils démolissent leur ancienne sandwicherie et tentent de la transformer en quelque chose de nouveau – un restaurant audacieux à service complet qui prendra d’assaut Chicago. Le problème, c’est qu’aucun d’entre eux ne sait vraiment comment faire cela.

L’ours est une œuvre de chaos contrôlé, toujours en train de s’écraser, de crier, de se démener pour arriver à la fin de ses épisodes d’une vingtaine de minutes. De ce gâchis, quelque chose de cohérent, et de délicieux, émerge. Dans la première saison, c’était une histoire de camaraderie et de chagrin, alors que le chef chaud de New York, Carmy (Jeremy Allen White), retournait à Chicago après la mort de son frère pour maintenir sa sandwicherie à flot, mais aussi pour la classer. La lutte de Carmy pour s’accrocher à son Table du ChefUne approche esque dans un trou crasseux dans le mur s’est avérée être un véhicule idéal pour le cœur brut du spectacle – son arrogance l’a empêché de voir le potentiel ou la douleur des autres, car il a ignoré la douleur de son propre chagrin pour avancer obstinément .

Cela signifiait également que Carmy était obligée de faire toutes sortes de choses pour maintenir The Beef à flot, comme organiser la fête d’anniversaire d’un enfant (et droguer accidentellement les enfants avec du Xanax).

Photo : Chuck Hodes/FX

Dans la saison 2, tout le monde travaille à s’améliorer, mais toujours désespérément eux-mêmes. Carmy s’est associé à son ancien sous-chef Sydney (Ayo Edebiri) pour transformer The Beef en The Bear, un restaurant alimenté par son ambition et ses idées. Ensemble, l’équipe décousue de The Beef commence à partir de zéro, criant, trébuchant et démolissant leur chemin vers quelque chose qu’ils peuvent appeler le leur.

Tout au long de, L’ours reste une vitrine pour d’excellentes performances, car des scènes à la fois tendres et chaotiques sont observées par le même cadrage claustrophobe, chaque ligne de dialogue est livrée contre le vacarme des personnes travaillant en arrière-plan, et les personnages brillent à travers mouvement par-dessus tout. White, comme Carmy, se penche et démange et se bat avec ses impulsions dans chaque image. En revanche, la Sydney d’Edebiri est plus mesurée et incertaine d’elle-même, peut-être encore plus physiquement, mais son esprit s’emballe toujours, se demandant si elle a ce qu’il faut et si son partenaire peut faire confiance. Ensemble, ils sont le centre de L’ours‘s, le Big Bang dont tous les autres personnages sont issus, comme Richie (Ebon Moss-Bachrach), le meilleur ami du défunt frère de Carmy et une force de la nature perpétuellement en colère dont The Beef ne peut pas vraiment se passer.

Encore: L’ours est vivant, fait tout ce qu’il peut pour se débrouiller avec ce qu’il a, briser les gens et les reconstruire, essayant de trouver des moyens par lesquels des personnages abrasifs, occupés et distraits peuvent se compléter et faire ressortir le meilleur les uns des autres. En d’autres termes : c’est la cuisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*